Bannière Pronanut RDC

Historique du TDCI

En Novembre 1987, faisant suite aux résolutions du Séminaire de YAOUNDE tenu en Mars 1987, recommandant la mise sur pied des programmes nationaux de lutte contre les TDCI dans les pays concernés, une mission conjointe OMS,CEMUBAC/CEPLANUT à travers les régions de l’Equateur, du Haut-Zaïre et du Kivu, sur la demande du Ministère de la Santé Publique, a noté l’étendue et l’ampleur du problème justifiant l’organisation d’un programme national et la tenue d’un Séminaire-atelier pour la planification de la lutte contre les TDCI au zaïre.

Suite aux recommandations du séminaire-atelier, tenu à Kinshasa en Avril 1988, avec l’appui de l’OMS, UNICEF et CEMUBAC, un programme spécialisé a été institué en Aout 1988 au sein du Ministère de la Santé Publique, pour coordonner toutes les activités de lutte contre les TDCI au Zaire.

Sa mission consistait à éliminer les TDCI en tant que problème de santé publique d’ici l’an 2000.

Pour ce faire, les objectifs spécifiques ci-après sont à atteindre par le programme : 

- Elaborer la carte de distribution des TDCI au zaïre,

- Réduire la prévalence des TDCI en dessous du seuil d’endémicité,

-Surveiller l’endémie sur tout le territoire national.

En vue d’atteindre ces objectifs, les activités ci-après ont été planifiées

1. Implanter le Bureau National de TDCI et des structures de coordination en régions endémiques,

2. Mener une enquête de prévalence des TDCI dans les régions non documentés,

3. Former le personnel chargé de la coordination des activités au niveau central et intermédiaire,

4. Former le personnel chargé de l’intégration et de l’exécution des activités au niveau des zones de santé,

5. Approvisionner les zones de santé d’endémie sévère en huile iodée et matériels d’inoculation et de stérilisation,

6. Produire des outils médiatiques pour l’éducation de la population en matière   de prévention des TDCI,

7. Sensibiliser la population sur les moyens de prévention des TDCI,

8. Implanter le Laboratoire National de référence pur les analyses en rapport avec le suivi des activités du programme,

9. Etudier la faisabilité de la stratégie de prévention des TDCI par le sel iodé,

10. Elaborer un règlement national sur le sel iodé,

11. Elaborer un guide pratique pour le contrôle de l’iodation du sel,

12. Organiser des Séminaires de sensibilisation des opérateurs économiques pour la promotion du sel iodé

13. Superviser les activités du programme,

14. Faire la recherche opérationnelle pour le développement du programme,

REALISATIONS EFFECTUEES.

Grâce à l’appui financier du Gouvernement du Zaïre et de ses partenaires de coopération, le BN.TDCI a réalisé les activités ci-après sur les 14 planifiées.

-ELABORATION DE LA CARTE EPIDEMIOLOGIQUE :

De 1988 à 1993 une série d’enquêtes de prévalence dans 16 sous Régions du Zaïre y compris la capitale ont été menées. Les résultats établissent que le Goitre et le crétinisme endémique affectent de manière particulièrement sévère la plus part de régions du pays. Et le seuil d’endémicité du goitre se situait à 5% dans la population d’âge scolaire.                              

Selon ces enquêtes, les taux de prévalence par province du pays se présentaient de la manière suivante :                      

P Orientale--------     66,4%

Katanga -----------     55,3%

Equateur----------     54,5%

Kasaï-Oriental---      50,8%

Nord-Kivu---------       48,5%                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            

Kasaï-Occidental---- 42,1%

Sud –Kivu--------------34,5%

Bandundu--------------32,6%

Kinshasa---------------- 16,2%

Bas-Congo-------------   9,6%

IMPLANTATION DES STRUCTURES ADMINISTRATIVES

Une structure administrative et technique dénommée Bureau-National de Lutte contre les troubles dus à la carence en iode a été installé à Kinshasa en aout 1988 pour Cordonner les activités de lutte contre les TDCI au Zaire, et 5 Cellules d’appui technique et logistique aux zones de santé ont été implantées en 1990 dans les sous-régions d’endémie sévère à savoir :Nord-Ubangi, Sud-Ubangi, Haut-Uele, Bas-Uele,et Nord-Kivu.                

FORMATION DU PERSONNEL

De 1988 à 1992 la formation continue des responsables au niveau central a été assurée au travers du cours PEG à Bruxelles et Bujumbura (financé en grande partie par l’AGCD), ainsi qu’au travers du cours d’épidémiologie et celui de Management des services de santé dans les pays en voie de développement à Bruxelles. Pour le dosage de l’iodurie et des hormones thyroïdiennes, un stage en laboratoire a été organisé à Bruxelles et à Yaoundé.

Pour les niveaux intermédiaire et périphérique, le BN- TDCI a élaboré 2 modules de formation destinés aux médecins chef de zone et aux infirmiers titulaires des centres de santé.

Neuf séminaires de formation ont été
organisés à l’intention des médecins sous-Régionaux, médecins chef des cellules et des médecins chef de zones dans des sous-régions d’endémie sévère : SUD-UBANGI, NORD-UBANGI, BAS-UELE,HAUT-UELE,NORD-KIVU,SANKURU,KABINDA et TANGANIKA.

En plus 29 séminaires de formation ont été organisés à l’intention des infirmiers titulaires des centres, de santé. Au total, environ 600 personnes ont été formées par le BNTDCI en matière de lutte contre les troubles Dus à la carence en iode entre 1990 et 1993.

APPROVISIONNEMENT EN HUILE IODE.

Quatre-vingt zones de santé ont intégré l’administration de l’huile iodé sous forme orale et injectable dans leurs activités préventives cela depuis l’année 1990, grâce à l’appui de la Banque Mondiale malgré la rupture à cause des pillages de 1991.Cette activité s’est étendue jusqu’en avril1993.

NFORMATION-EDUCATION-COMMUNICATION(IEC)

En matière d’information et éducation, le BNTDCI a produit un film documentaire et élaboré des instruments médiatiques pour la sensibilisation et la vulgarisation en matière de lutte contre les TDCI, entre autres :

-un manuel de vulgarisation,

-une affiche murale,

-un dépliant,

Le BNTDCI a en plus réalisé à partir de Kinshasa une série d’émissions de sensibilisation, soit 5 à la radio nationale et 6 à la télévision nationale en matière de lutte contre les TDCI.

Des articles de presse ont également permis de diffuser des informations en rapport le programme de lutte contre les TDCI à Kinshasa.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

La presse audio-visuelle et écrite a également été utilisée au niveau régional ou rural par les responsables du programme au niveau intermédiaire afin de sensibiliser la population sur la gravité et la prévention de l’endémie.

IMPLATATION DU LABORATOIRE NATIONAL DE TDCI

En vue d’assurer la surveillance des activités du programme, l’implantation d’un laboratoire a été planifiée à Kinshasa. Des équipements ont été acquis en 1991 pour le dosage des hormones thyroïdiennes. Cependant suite aux pillages de 1991, ce précieux équipement a été emporté ainsi que d’autres matériels importants du programme.

DEVELOPPEMENT DE LA STRATEGIE DE CONSOMMATION DU SEL     IODE.

Sur base de 3 études menées (étude de consommation alimentaire, étude économique, étude technologique), le BNTDCI a étudié la faisabilité de la stratégie de prévention des TDCI au Zaïre par le sel iodé.

Au terme de ces études coordonnées, par monsieur V.MANNAR, consultant PNUD/OMS entre 1990 et 1991, des normes internationales et un arrêté interministériel ont été adoptés par le gouvernement en 1993 sur la proposition d’une commission intersectorielle coordonnée par le BNTDCI pour règlementer la production, la commercialisation et le contrôle de qualité du sel destiné à la consommation humaine et animale au zaïre

Trois séminaires de sensibilisation sur la règlementation nationale précitée ont été organisés en 1994 à Kinshasa, Bukavu et Lubumbashi, à l’intention des opérateurs économiques importateurs et distributeurs de sel, en vue de la promotion de commercialisation du sel iodé au zaïre.

Parmi les recommandations principales de ces séminaires, figurent l’appui aux laboratoires chargés du contrôle de qualité(OZAC) et la mise sur pied d’un comité intersectoriel de suivi dans chaque région ou se situent les principaux points d’entrée du sel au zaïre. Dans le développement de cette stratégie, l’ANEZA chambre de commerce des opérateurs économiques du zaire constitue le partenaire principal du BNTDCI.

RECHERCHE OPERATIONNELLE

En collaboration avec le BNTDCI, le CEMUBAC sur financement de la CEE, poursuit depuis 1989 dans la région du Nord –Kivu, une recherche appliquée sur l’utilisation de petites doses orales d’huile iodée en zone d’endémie TDCI.

Depuis 1987,les études sur la carence en iode poursuivies par le CEMUBAC dans la zone de santé de Kirotshe, ont permis de mettre en évidence dans cette région, une inadéquation totale de la prophylaxie par sel iodé.

En raison d’une teneur trop élevée du sel en iode, la consommation de cet aliment se traduit par l’apparition de nombreux cas de thyrotoxicose induite par iode. Ces observations ont justifiée l’organisation d’une réunion d’experts tenue à Bruxelles en juillet 1995.

En outre en 1993, le BNT-DCI a été associé par le PRONAM (Programme National Manioc) à une enquête sur les méthodes de détoxication du manioc, initiée par le Centre de recherche agronomique d’IBADAN.